Aller au contenu
Home » PropTech Updates – Innovation en gestion d’accès immobilier » PropTech » Innovation et adaptation : Le parcours des premiers lieux de travail dans le secteur flexible

Innovation et adaptation : Le parcours des premiers lieux de travail dans le secteur flexible

Introduction

Nous nous sommes entretenus avec Óscar García, fondateur de First Workplaces, une entreprise pionnière dans le secteur des espaces de travail partagés, fondée à Madrid en 2009 sous le nom de Busining et rebaptisée en 2019 avec son nom actuel. Avec une vision unique et une vaste expérience du secteur, Oscar a dirigé la croissance et l’expansion de First Workplaces, offrant des solutions flexibles et modernes aux professionnels et aux entreprises de toutes tailles.

Qu’est-ce qui a inspiré la création de First Workplaces et comment avez-vous évolué au fil des ans ?

J’ai donc étudié le commerce et la gestion et j’ai travaillé pour d’autres pendant un certain temps, mais je savais qu’à un moment donné, je franchirais le pas et créerais ma propre entreprise.
En 2006, nous avons fondé avec mon frère une agence de graphisme. Cependant, nos intérêts nous ont rapidement amenés à explorer d’autres marchés et c’est en 2009 que le sujet du coworking et des Flex Offices a été abordé. Nous avions un bureau libre dans notre bureau et un ami qui avait besoin d’un endroit pour travailler a proposé de payer une redevance pour l’utilisation du bureau. Après cela, je me suis dit : “Cela pourrait être une bonne affaire”.
J’ai commencé à étudier le marché et j’ai découvert des centres d’affaires et des espaces de coworking dans d’autres villes comme Londres et New York. J’ai été impressionné par son succès et j’ai pensé que c’était peut-être le bon moment pour introduire cette tendance en Espagne. C’est ainsi que nous avons fondé First Workplaces avec une vision internationale et une orientation vers la fourniture de services aux entreprises internationales.
Au départ, nous étions un centre d’affaires traditionnel, mais peu à peu nous nous sommes adaptés aux besoins de nos clients. Au fil du temps, nous avons évolué vers un modèle plus flexible, devenant un bureau flexible. La demande de nos clients, dont la plupart sont des multinationales, nous a poussés à nous développer et à offrir des espaces de plus en plus grands avec une plus grande adaptabilité.

Dans un marché concurrentiel d’espaces de travail partagés, quel est, selon vous, le principal facteur de différenciation de First Workplaces ?

Je dirais qu’il y en a deux. La première réside dans le service à la clientèle et la personnalisation de nos services. Nous nous efforçons de comprendre les besoins spécifiques de chaque client et de leur offrir un espace de travail qui réponde parfaitement à leurs exigences. En fait, nous sommes l’entreprise du secteur qui compte le plus grand nombre de réceptionnistes par rapport au nombre de clients, ce qui nous permet de vous offrir tout ce dont vous avez besoin : du service de restauration ou de café au dîner de Noël de l’entreprise avec des cadeaux pour vos employés. D’autre part, le deuxième facteur de différenciation serait nos emplacements. Tous nos espaces sont situés dans des endroits privilégiés et dans des rues bien connues. À Madrid, par exemple, nous avons quatre centres dans la Castellana ; à Barcelone, nous en avons un sur la Rambla Cataluña ; et à Malaga, dans la même Calle Larios. Cela nous permet d’attirer le profil de clients pour lequel First Workplaces est le plus ciblé et qui apprécie le plus le facteur de localisation : les multinationales ou les entrepreneurs en phase de démarrage.

Quelles conséquences l’essor du télétravail a-t-il eu pour vos centres et quelles stratégies mettez-vous en œuvre (vous-mêmes ou vos locataires) pour encourager les utilisateurs à venir plus souvent au bureau ?

Le télétravail a été un défi pour nos centres et, dans une certaine mesure, nous le considérons comme une “concurrence déloyale”. Après la pandémie, de nombreuses entreprises ont choisi de faire travailler leurs employés à domicile, ce qui a entraîné une perte de valeurs importantes telles que l’engagement et la créativité. Cette situation a affecté non seulement les espaces Flex, mais aussi les bureaux traditionnels.
Aujourd’hui, nous continuons à travailler sur des stratégies qui créent un environnement plus attrayant et plus motivant et qui, à leur tour, encouragent les travailleurs à revenir au bureau, comme des espaces de collaboration plus nombreux, des salles de réunion différenciées et d’autres équipements supplémentaires qui servent d’incitation. Par exemple, dans l’un de nos centres, nous avons ouvert une terrasse spectaculaire donnant sur la Castellana, qui a été très bien accueillie pendant les beaux jours.
Cependant, nous comprenons que la chose la plus importante pour motiver les gens à retourner au bureau est la relation avec leurs collègues et la création de valeur par le contact direct. Nous cherchons donc à créer un environnement qui favorise la collaboration et la connexion entre les membres de l’entreprise, car nous pensons qu’il s’agit d’un élément fondamental pour stimuler la productivité et le bien-être sur le lieu de travail.

Nous imaginons que votre vision du secteur Flex a évolué au fil des ans. Quelle était votre vision au début et quelle est-elle aujourd’hui ?

Lorsque nous avons commencé cette aventure dans le secteur, la perception était qu’il n’était pas professionnalisé. Le service clientèle se limitait à l’utilisation d’un télécopieur pour envoyer des documents. À l’époque, nous avons constaté une grande différence entre les centres espagnols et ceux de villes comme Londres, qui se situaient à un autre niveau en termes d’investissement et de conception.
Toutefois, au fil des ans, nous avons assisté à une forte évolution. Bien qu’il existe encore des différences en termes de capacité d’investissement, les centres Flex en Espagne sont devenus plus professionnels et plus orientés vers le client. Aujourd’hui, je dirais qu’il n’y a pas de grande disparité en termes de gestion et de service à la clientèle par rapport aux centres d’autres villes, ce qui est très positif et montre les grands progrès que nous avons réalisés.
Personnellement, je pense que le secteur va continuer à se développer dans notre pays et qu’il y a beaucoup à faire en termes d’innovation et d’adaptation aux changements sociaux et professionnels. Dans le secteur de l’immobilier, nous devons être en constante évolution. L’un des changements les plus importants que j’entrevois pour l’avenir est l’adoption de contrats de gestion, similaires au modèle hôtelier, afin d’offrir un meilleur service aux propriétaires et aux locataires. Cette approche permettra une plus grande flexibilité et adaptabilité pour répondre aux exigences d’un marché en constante évolution.

Traduction automatique

Le contenu de cette page a été traduit automatiquement et peut contenir quelques erreurs ou inexactitudes. Pour plus d'informations sur nos solutions, veuillez contacter notre équipe de vente pour votre pays ici.