Aller au contenu
Home » PropTech Updates – Innovation en gestion d’accès immobilier » PropTech » Matthias Zeitler, PDG de Coworking Bansko, parle de l’avenir des espaces flexibles : le coworking et le coliving. Une interview d’Alessandro Nacci

Matthias Zeitler, PDG de Coworking Bansko, parle de l’avenir des espaces flexibles : le coworking et le coliving. Une interview d’Alessandro Nacci

  • PropTech

Une interview de Matthias Zeitler, co-fondateur de @Coworking Bansko et visionnaire en chef de @Coliving Semkovo, réalisée par Alessandro Nacci, PDG de @Sofia Locks .

Les différences entre le coworking et le coliving sont nombreuses et découlent de leur propre concept.
La définition du coworking implique des espaces flexibles et partagés pour travailler, où les indépendants, les entrepreneurs et les jeunes professionnels, entre autres, bénéficient d’espaces partagés où travailler et établir des relations les uns avec les autres et partager des idées.
D’autre part, les espaces de colocation sont des espaces résidentiels qui offrent les mêmes services que l’industrie hôtelière, où les gens peuvent partager des espaces, des intérêts et des modes de vie.
La communauté est l’objectif commun des deux modèles, et le community manager est un nouveau concierge, numérique et hautement professionnalisé. Une personne qui doit connaître l’environnement dans lequel le bâtiment est situé, connaître les locataires, parler et s’engager avec tous les occupants du bâtiment, comprendre leurs besoins, même ceux qui n’ont pas été exprimés, et les structurer..
L’outil principal de ce personnage est une plateforme numérique à son service, qui le maintient constamment connecté au bâtiment, pour en gérer la sécurité, les flux, les besoins et les services.

Matthias Zeitler, cofondateur de Coworking Bansko et visionnaire en chef de Coliving Semkovo, nous a donné un aperçu du rôle et du besoin d’espaces de travail et de vie flexibles, de l’importance des communautés et des solutions technologiques conçues pour répondre aux besoins de ces modèles d’entreprise.

Coworking Bansko est un espace conçu pour les nomades numériques, les indépendants et les entrepreneurs qui souhaitent relever de nouveaux défis et se développer dans un environnement flexible entouré d’autres experts. Il est situé en Bulgarie et offre des services haut de gamme, tels que des événements, des défis commerciaux, des bar camps et d’autres événements liés à l’entreprise qui offrent des opportunités de développer ou d’améliorer les entreprises, tout en passant du temps avec des personnes inspirantes et compétentes. Coliving Semkovo, quant à lui, est un tout nouveau projet qui verra le jour en octobre 2022. Il s’agit d’une destination unique de colocation pour adultes uniquement, située dans un endroit isolé et basée sur la communauté, la collaboration et la coopération. Il se compose de 200 appartements et crée une communauté de vie unique en son genre dans un cadre naturel isolé, l’une des plus grandes destinations rurales au monde.

Avec Matthias Zeitler, nous avons dressé un panorama complet des nouveaux défis du marché auxquels sont confrontés les espaces flexibles, en termes de gestion des installations et des communautés, afin de mieux comprendre comment améliorer et faciliter les modèles d’entreprise qui vont conduire l’avenir de l’immobilier.

Matthias, vous travaillez dans le domaine du coworking depuis longtemps et maintenant vous commencez une nouvelle aventure avec le secteur du coliving, quels sont les avantages que vous pouvez voir en travaillant dans les deux secteurs ?

Le coworking Bansko est né dans une toute petite ville de Bulgarie qui compte 10 000 habitants. En hiver, la ville est bien sûr remplie de touristes qui viennent admirer le paysage et pratiquer des sports d’hiver proactifs. En général, ce n’est pas un endroit où il y a une demande pour un espace de coworking, car il s’agit plutôt d’un endroit touristique, et la demande locale n’est donc pas très élevée. On ne trouve donc pas d’entreprises avec des startups et des équipes, mais davantage de freelances et d’auto-entrepreneurs qui s’occupent de leur propre entreprise ou qui travaillent à distance. Ces personnes sont souvent aussi à la recherche d’un logement qui réponde à leurs besoins de nomades numériques, avec une communauté, c’est ce qui m’a fait réfléchir au business du coliving.

Bien que l’ouverture d’une colocation soit un peu compliquée, les prix de l’immobilier ont considérablement augmenté ces dernières années et nos clients recherchent des destinations moins coûteuses, comme des endroits où le coût de la vie est moins élevé, par exemple en Thaïlande, à Bali, etc.

Nous avons donc pensé à créer une destination de montagne, isolée, sans restaurants, sans hôtels, sans magasins, juste ce bâtiment historique qui a été converti en 200 appartements perdus dans 17 000 mètres carrés de nature. C’est là que se trouve notre premier espace de coliving, pour les nomades numériques.

Ce que vous dites, c’est que votre projet consiste à faire revivre un lieu oublié, où vous créeriez un nouveau centre comme un petit village ?

Oui, c’est ma vision, d’après ce que j’ai vu les gens viennent chez nous pour la communauté, ils veulent être entourés de personnes ouvertes d’esprit qui veulent faire beaucoup de choses ensemble et partager des aventuresC’est ainsi que ce logement pourrait être situé dans une zone plus naturelle, loin du chaos du centre ville. En fait, nous fournirons toute l’infrastructure, comme les restaurants, les traiteurs, les épiceries, les magasins, les services, etc. Tout cela est entouré de nature, et comme nous sommes éloignés, cela pourrait être de plus en plus attrayant. Cela vaut également pour les petites entreprises qui sont peut-être au début de leur carrière et qui veulent se concentrer sur un projet, plein d’énergie et de paix, afin d’être ensuite prêtes à se rendre en ville et à rencontrer des clients et de grands investisseurs.

C’est vraiment incroyable ! Et de votre point de vue, quels sont les points communs et les différences entre la gestion d’un coworking et d’un coliving ? Je pense qu’il existe des différences, mais aussi de nombreuses similitudes.

La principale différence réside, à mon avis, dans le calendrier. Normalement, un espace de coworking est quelque chose que vous gérez pendant la journée, les gens passent souvent du temps après les heures de travail pour socialiser, participer à des événements ou des activités, et créer une communauté, mais ils rentrent ensuite chez eux. Dans un coliving, un espace équivalent est vraiment 24/7, vous êtes toujours entouré des mêmes personnes, et c’est une lame à double tranchant, car cela peut être très intéressant, mais aussi un défi, surtout si vous êtes loin de chez vous et que vous devez rester dans un petit endroit pendant des mois. Les conflits peuvent survenir très facilement. C’est pourquoi il est de plus en plus important de travailler sur l’aspect communautaire, de créer une culture commune, de faire en sorte que chacun se sente accueilli et se sente chez lui.

Du point de vue de la technologie, quels sont les éléments les plus importants pour gérer ce type d’espace ? Quelles sont les solutions dont vous avez réellement besoin pour que tout fonctionne ? Egalement en termes de coût-efficacité.

Lorsque l’on parle de technologie pour les espaces partagés, les gens pensent toujours à un système de réservation, mais pour moi ce n’est pas le plus important. Au départ, il est essentiel de disposer d’un système d’automatisation des bâtimentsIl s’agit par exemple d’automatiser le système de chauffage, de centraliser la gestion des serrures intelligentes, afin de créer des classes d’autorisations et de les gérer, ou encore d’assurer la maintenance des batteries, par exemple. Je pense que ces technologies peuvent changer l’environnement. Les technologies de base sont également essentielles, pour voir si elles s’intègrent à des systèmes tiers et permettent de gérer toutes les passerelles. Il est également essentiel de voir quelles parties du bâtiment sont les plus utilisées, combien de personnes utilisent des ressources spécifiques, le flux de personnes lors d’événements et les autorisations correspondantes pour accéder à des espaces déterminés, certains étant publics et d’autres privés.

La partie événementielle est également essentielle, car la gestion d’un grand nombre de personnes pendant une courte période est différente de celle d’une longue période, et les autorisations doivent être gérées en temps réel pour garantir la sécurité. Le système doit être suffisamment intelligent pour limiter l’accès des personnes non autorisées à des zones privées ou à des zones spécifiques, par exemple.

Une autre technologie qui est en cours d’évaluation mais qui pourrait faire la différence pour moi est celle qui facilite la maintenance des ressources. Le café en est un bon exemple : tout le monde veut une machine à café dans les espaces partagés, mais elle doit être nettoyée et entretenue. Lorsque nous avons lancé notre entreprise de coworking, notre équipe de nettoyage prenait 45 minutes pour nettoyer chaque machine à café, et il y en avait cinq, ce qui représentait donc un coût réel.Avoir un système qui nous permet de suivre toutes les informations sur la maintenance pourrait être utile pour améliorer la gestion des installations et comprendre comment réduire les coûts. Les technologies conçues pour réduire l’impact des coûts, comme les systèmes de chauffage et d’éclairage, pourraient être stratégiques afin d’économiser chaque mois des milliers d’euros.

Vous avez mentionné le secteur de l’hôtellerie, pensez-vous qu’il s’agit d’un marché plus facile à approcher pour quelqu’un qui travaille dans le monde du coworking ou de l’hôtellerie ?

Je ne sais pas, je pense que tout dépend des défis que vous êtes prêts à relever.
Je pense que les opérateurs hôteliers sous-estiment souvent la valeur de la communauté, ce que vous pouvez demander à votre résident, c’est un environnement de service complet. Dans cette entreprise, les espaces sont vraiment bien divisés. Par exemple, il y a des zones séparées pour les clients et le personnel, etc. Dans les espaces de cohabitation, on veut fonctionner avec moins de personnel, car les coûts sont énormes, mais on veut que les résidents participent à des activités, comme la cuisine, etc. En outre, ils doivent également prendre soin des ressources disponibles, par exemple en nettoyant les objets et les espaces utilisés, tels que les poutres et les réfrigérateurs. Dans les espaces de coworking, c’est la même chose, la communauté joue un rôle important.

Les gens confondent souvent le coliving avec un hôtel bon marché, mais les attentes devraient être différentes. De nombreux aspects doivent être pris en compte : l’enregistrement doit être facile pour eux, le nettoyage des chambres devrait être plus ou moins automatisé, et l’équipe de nettoyage devrait être automatiquement informée du départ d’une personne, la blanchisserie devrait être rendue intelligente, de sorte que les personnes autorisées puissent la faire fonctionner à l’aide d’un smartphone. Les défis liés à la technologie et aux processus dans ces espaces sont donc nombreux.

Nous avons vu que les communautés jouent un rôle clé dans ce contexte. Pensez-vous que la technologie pourrait être considérée comme un facilitateur dans la création de communautés ?

Oui, la technologie peut être considérée comme un facilitateur, notamment parce que les résidents ont besoin d’un outil de communication avec lequel ils peuvent interagir et, plus important encore, parce que la technologie est un outil qui permet aux gens de résoudre la plupart des problèmes auxquels ils sont confrontés. Par exemple, en cas de problème, les résidents peuvent le signaler au directeur de l’établissement par l’intermédiaire d’une application. Par ailleurs, pour organiser les communications, qui peuvent devenir nombreuses lorsqu’il y a beaucoup de personnes dans une équipe communautaire, il faut les rationaliser.
Il est également important que les personnes soient informées de la tenue d’événements et d’activités, mais les gestionnaires de communauté doivent également comprendre comment faire fonctionner l’infrastructure du bâtiment et comment simplifier la résolution de tout type de problème qu’ils pourraient rencontrer.

J’ai une dernière question sur votre histoire : qu’est-ce qui vous a amené à l’idée du coworking de Bansko ?

Après une longue carrière dans de grandes entreprises, j’ai décidé de créer ma propre startup. Je cherchais quelque chose d’intéressant et je me suis retrouvé dans ce petit village en Bulgarie, où j’ai décidé d’ouvrir un espace de coworking. Je voulais créer une communauté, inviter des amis ; beaucoup de gens sont venus et ont trouvé l’environnement agréable, ils ont donc commencé à acheter des appartements et c’est à ce moment-là que l’activité de coworking a commencé à se développer. Il y a trois ans, j’ai compris que cela ne pouvait pas être seulement un hobby, j’avais besoin d’une structure plus professionnelle, les gens étaient engagés, j’ai donc décidé de structurer de plus en plus le coworking et l’activité que nous faisions.

Traduction automatique

Le contenu de cette page a été traduit automatiquement et peut contenir quelques erreurs ou inexactitudes. Pour plus d'informations sur nos solutions, veuillez contacter notre équipe de vente pour votre pays ici.